Comment se sevrer des IPP?

Vous avez été nombreux à me demander comment j’avais réussi à me sevrer des IPP.


sevrage des IPP


Aussi j’ai décidé de faire un post pour vous expliquer en détail la méthode que j’ai utilisée :


Que sont les IPP ?


Allez lire mon post :

Les IPP (inhibiteurs de pompe à protons) : un poison à ne jamais prendre



Pour ma part, l’IPP que j’avais étais l’Inipomp.
La dose normale pour l’Inipomp est de 40 mg pendant 4 à 8 semaines maximales.
Puis ensuite arrêt du traitement.


C’est ce qui est écrit sur la notice du médicament :

- Ulcère duodénal évolutif :
1 comprimé par jour pendant 4 semaines.

- Ulcère gastrique évolutif :
1 comprimé par jour pendant 4 à 8 semaines.

- Oesophagite par reflux gastro-oesophagien :
1 comprimé par jour pendant 4 semaines avec une éventuelle seconde période de 4 semaines à la même posologie.



Et moi, j’ai eu et pris :

40 mg d’Inipomp 2 fois par jour (40 mg matin + 40 mg soir)
+ de l’Azantac
+ 3 sachets de Gaviscon par jour !!!



Tout cela pendant 2 années bien au delà des doses "légales" et "normales".






La durée pour me sevrer des IPP


Mon sevrage a au final duré 3 mois. 3 mois horribles ; et même après avoir réussi à stopper les IPP, et tout médicament pour l’estomac, j’ai souffert de remontées acides et brûlures d’estomac pendant encore je dirai 3 mois.

Donc il a fallu au total 6 mois pour que mon corps et estomac arrive à nouveau à produire une acidité normale et surtout à gérer l’acidité qu’il n’avait plus l’habitude de recevoir.





Ma méthode pour me sevrer des IPP


La méthode n’a pas été linéaire car au final dépendante de mes douleurs au jour le jour.

  • Depuis 2 ans, j'ai eu le droit chaque jour à :

Inipomp 40 mg matin + Inipomp 40 mg soir
+ Azantac
+ 3 Gaviscon


  • En même pas 2 semaines je suis passée de :

Inipomp 40 mg matin + Inipomp 40 mg soir
+ Azantac
+ 3 Gaviscon

à

Inipomp 40 mg soir
+ 3 Gaviscon



  • Puis 1 mois après, j'arrivais à passer à :

Inipomp 20 mg soir
+ 3 Gaviscon



Et là, les choses ont commencé à se compliquer.

Arrêter les surdosages des médicaments et passer à des doses un peu plus normales fut chose assez facile.

Mais après, impossible de descendre ce dosage.



J'ai essayé de faire plusieurs méthodes pour continuer mon sevrage.

J'avais plusieurs façons de les diminuer petit à petit, j'ai d'ailleurs retrouvé mes carnets de l'époque où je notais quotidiennement ma dose d'IPP et le plan de sevrage de la semaine.



Je vous retranscris ce que j'avais écris sur mon cahier :

Option 1 :
jour 1 : pas d'IPP
jour 2 : IPP
jour 3 : IPP
jour 4 : pas d'IPP
jour 5 : IPP
jour 6 : IPP
jour 7 : pas d'IPP

Option 2 :
jour 1 : pas d'IPP
jour 2 : IPP
jour 3 : pas d'IPP
jour 4 : IPP
jour 5 : pas d'IPP
jour 6 : IPP
jour 7 : pas d'IPP


Mais aucune de ces méthodes n'a marché.
Le jour où je ne prenais pas l'IPP, le lendemain à 14h je me consumais de douleurs.





L'effet rebond à l'arrêt des IPP


Ce qui m'a surprise au début de mon sevrage, c'est que mon acidité atteignait des niveaux jamais atteint : c'est-à-dire que j'avais vraiment plus d'acidité, plus de brûlures qu'au tout début, 2 ans avant lorsque justement on m'avait prescrit pour la 1ère fois ces médicaments pour me soulager de mes brûlures d'estomac !!

J'ai appris depuis la raison :

lorsqu'on est sous IPP, toute l'acidité (normale et naturelle) de l'estomac est bloquée.


  1. Et donc le jour où on stoppe les IPP, l'estomac ne sait plus gérer cette acidité qui n'est plus bloquée.
  2. Et donc on a une acidité ingérée par un estomac qui ne sait plus faire son travail normal !
Et plus vous aurez pris d'IPP pendant une durée longue, plus ce travail sera dure pour votre estomac à revenir à la normale.

On se retrouve donc avec plus d'acidité que quelqu'un de normal qui n'avait aucun problème d'estomac à la base : un comble donc !


D'où la raison pour laquelle il faut vraiment faire un sevrage pas à pas et progressif, sinon vous aurez un effet rebond invivable.





Les douleurs pendant le sevrage des IPP


Je crois que le sevrage des IPP a été la période la plus difficile et douloureuse de ma vie.

  • Je me souviens encore parfaitement de la douleur abdominale que je ressentais au niveau de mon sternum et dans tout l'estomac, lorsque la veille au soir j'avais décidé de sauter ma prise d'IPP.
=> Le lendemain, à 14h, après avoir fini de déjeuner, je suffoquais.
Pour expliquer à mon mari la douleur que je pouvais ressentir à ce moment là, je lui disais d'imaginer un briquet allumé dans son estomac. J'étais un dragon prête à cracher du feu.

  • Et je me souviens parfaitement aussi des heures de calvaire que je passais alors à compter les heures qui me restaient à attendre avant ma prochaine prise de l'IPP le soir.
=> A peine l'heure sonnée, je me précipitais telle une vraie droguée sur mon IPP, en espérant qu'il éteintrait vite le feu interne dans mon estomac.



C'est là que j'ai compris que je devais avoir recours et m'aider de remèdes naturels.




Sincèrement, j'ai toujours été honnête avec vous, et donc je vais continuer à l'être :
la douleur à l'arrêt des IPP après des années à en avoir pris est telle que l'arrêt des IPP est impossible à tolérer sans "béquilles".

Donc dans mes prochains posts, je vais vous présenter tous les remèdes naturels qui ont pu m'aider pour me sevrer, me soulager des brûlures d'estomac, et parvenir à vivre sans douleur et sans IPP.





Conclusion



Enfin je terminerai ce post en vous disant ceci :

pendant des mois, j'ai écumé les gastro-entéorologues en pleurant dans leur cabinet que les IPP me donnaient des douleurs aux intestins, que je ne les tolérais pas, et que je devais les arrêter mais n'y parvenaient pas.

Et tous unanimement m'ont donné la même réponse :

"désolé, vous n'arriverez pas à les arrêter, car les IPP dans votre cas c'est A VIE".



Eh bien, messieurs les médecins gastro-entérologues, aujourd'hui je ne prends plus aucun IPP et les brûlures d'estomac je n'en souffre plus !


Et vous aider à vous sevrer à votre tour de ces médicaments IPP destructeurs.




D'autres posts sur le même sujet qui vous aideront à vous sevrer des IPP :


  1. des remèdes d'homéopathie pour les brûlures d'estomac : Soigner les brûlures d'estomac avec l'homéopathie
  2. des plantes aidant à lutter contre les brûlures et douleurs à l'estomac : Plantes, remèdes naturels contre les brûlures d'estomac
  3. des changements alimentaires empêchant les brûlures et douleurs à l'estomac : RGO : L'alimentation anti reflux et brûlures d'estomac




PARTAGEZ CET ARTICLE

Auteur:

Malade depuis 4 années de colopathie fonctionnelle, SIBO, candidose, brûlures d'estomac, reflux, je m'en suis moi-même sortie. Je vous fais partager sur ce blog tous les moyens qui m'ont permis de m'en sortir.

N'oubliez pas de vous abonner à ce blog : Abonnement au blog Guérir ses Intestins, ainsi que sur mes réseaux sociaux : Ma page Facebook / Ma page Twitter / Ma page Google+ / Ma page Pinterest / Ma page Instagram

Post Précédent
Post Suivant
7 mars 2016 à 07:16

Mon panier de compléments est prêt !
Gingembre en gélules
Réglisse-Mélisse en gélules
Lithothamme
Omega 3
Et Vitamines C (non acide)
+ tisanes de guimauve

Répondre
avatar
Isa
7 mars 2016 à 21:14

Mimile, attention aux compléments que tu choisis;
par exemple réglisse-mélisse en gélules, je ne connais qu'une marque qui fasse les deux ensemble en gélules, il s'agit de la marque Phytostandard; et si c'est bien cette marque que tu as prise (mais je n'espère pas), voici tous les ingrédients qu'il y a dedans : Extrait de mélisse (Melissa officinalis L., parties aériennes) et de réglisse (Glycyrrhiza glabra L., racines) (support : fibre d'acacia), agents de charge : cellulose microcristalline et dioxyde de silicium, support : croscarmellose sodique, anti-agglomérants : stéarate de magnésium et dioxyde de silicium.

Ca fait beaucoup de mauvaises choses pour peu de bonnes choses... et pour un prix très cher en plus. Faut toujours prendre des compléments les plus standarts et naturels qui existent. Sinon ils ne t'apporteront pas de positif, mais que du négatif.

Répondre
avatar
25 mai 2016 à 15:07 Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
avatar
25 mai 2016 à 15:11

Bonjour,
Je tiens d'abord à te remercier pour tout tes conseils.
Je suis en plein sevrage d'omeoprazole, c'est super dur.
As-tu eu des remontées acides dans les œsophages et une sensation de brûlures?
As-tu des séquelles aux œsophages?
On m'a conseillé litotamme tu connais?
Merci encore pour tes conseils à bientôt.
Nanou

Répondre
avatar
Isa
25 mai 2016 à 21:55

Bonjour Nanou, de rien et je suis contente que mon blog puisse t'aider :)
Oui, le sevrage est un moment douloureux ; d'autant plus douloureux si tu en as pris pendant longtemps.
Oui j'avais des remontées dans l'oesophage, et des douleurs jusque dans la gorge (avec le goût des aliments qui me remontaient).

Aucun séquelle à l'oesophage, non.

Bien sûr que je connais le litothamne, c'est un superbe traitement contre les brûlures d'estomac, va lire ceci : http://vivreavecuncolonmalade.blogspot.fr/2016/01/plantes-remedes-naturels-contre-brulures-estomac.html

Répondre
avatar
25 mai 2016 à 22:10

Je te remercie beaucoup pour ta réponse et de ton soutien.
J'ai pris l'omeoprazole pendant 5 semaines.
Je galère et je comprends ce que tu as pu endurer. Mon gastro comme toi m'a dit de continuer à prendre après m'avoir dit d'arrêter.

Ça va faire 6 jours demain sans l'omeoprazole, j'espère que je vais tenir le coup.
Je prend beaucoup de tisane pour enlever l'acidité du corps et les toxine, du lithotamme, et de l'homéopathie que tu as conseillée.
A bientôt
Nanou

Répondre
avatar
Isa
25 mai 2016 à 22:16

5 semaines, oh mais tu t'en sors bien, moi j'en ai eu pendant 2 années, et on me disait de les prendre à vie, donc tu t'en sors bien.

Il ne faut surtout pas stopper d'un coup, vraiment un sevrage progressif, comme je l'ai expliqué dans mon post.

Répondre
avatar
25 mai 2016 à 22:20

Bonsoir Isa,
Je te remercie pour ta réponse aussi rapide.
J'ai pris Omeprazol pendant 5 semaines. C'est déjà une galère de se sevrer donc je comprends ce que tu as vécu après l'avoir pris aussi longtemps.
Je prends l'omeophatie que tu as conseillé, beaucoup de tisane anti acide, du litothamme. Ça fait 5 jours sans omeoprazole et c'est dur. Un vrai supplice.
Comme toi mon gastro enteroligue m'a dit de continuer même si j'avais de plus en plus mal, sinon je dois me débouillée toute seule.
J'ai baissé la dose puis j'essaie de l'arrêter sur plusieurs jours avec les plantes et omeophatie.
Nanou

Répondre
avatar
25 mai 2016 à 22:37

J'essaie d'en prendre 1 fois par semaine.

Répondre
avatar
26 mai 2016 à 00:02

Tu n'a pas eu de problème avec ton estomac après.
Bonne nuit

Répondre
avatar
19 janvier 2017 à 12:01

Bonjour,
Je suis sous Lansoprazole ou Rabéprazole en alternance depuis 9 mois et je veux me sevrer (mon médecin n'est pas au courant) pour passer aux plantes. Je vous remercie de vos articles et je souhaite être certaine d'avoir tout compris: vous conseillez de démarrer les plantes avant de passer à un IPP 2 soirs sur 3, puis de baisser encore les doses d'IPP. Est-ce bien cela? Et si il s'agit bien de démarrer les plantes avant de commencer le sevrage des IPP, les plantes sont-elles toujours efficaces une fois les médicaments oubliés? Merci de votre réponse et pour vos articles.

Répondre
avatar
Isa
19 janvier 2017 à 16:40

Oui tout à fait, tu démarres les plantes et ensuite tu baisses. Car pour ma part j'avais tellement mal quand je diminuais les IPP qu'il me fallait un bon paquet et protection de remèdes naturels pour "tenir le choc".
Oui les plantes sont toujours efficaces, mais au bout de plusieurs mois, voir années, tu n'auras plus aucun besoin de plantes car ton estomac sera redevenu normal (comme c'est mon cas aujourd'hui).

Répondre
avatar
20 janvier 2017 à 07:13

Merci. Je m'y mets dès aujourd'hui.

Répondre
avatar
virginie
14 mars 2017 à 09:49

Bonjour prenant des ipp depuis 5 ans cela m'a soulager jusqu'a aujourd'hui mais maintenant rebelotte reflux gastrique qui m'a d'ailleurs bruler l'oesophage et la bouche. Mon medecin m'avait dit de doubler ma dose lanzoprazole 30mg 2 par jour au lieu d'un mais je n'ai pas tolère. Ça c'est calmer pendant 1 semaine et la rebelotte j'en ai marre je voudrais les arrêter et prendre des choses naturelles merci de votre aide

Répondre
avatar
Isa
14 mars 2017 à 17:59

C'est bien ça le problème des IPP, on les prend pendant X temps, au départ ils soulagent (ou donnent l'impression de soulager car en définitive ils font des dégâts sur l'ensemble du corps), puis la dose ne suffit plus et il faut augmenter les doses de plus en plus... jusqu'au jour où ils ont tellement fait de mal qu'on ne les supporte plus et on est face à un mur.
Il faut que tu les stoppes petit à petit, en diminuant peu à peu la dose et prenant en parallèle des compléments et remèdes naturels pour te soulager : Brûlures d'estomac : les 12 meilleurs remèdes pour les soulager.
Et bien évidemment modifier son alimentation en supprimant les aliments favorisant les brûlures: L'alimentation anti reflux et brûlures d'estomac.

Répondre
avatar
24 avril 2017 à 08:25

Bonjour.j ai commencé inipomp 40 en octobre 2016 1/ le soir.
J ai commencé à avoir des douleurs abdominales musculaires et à mes articulations.ma gastroentrologue qui me suit pour la maladie de crohn m a dis d arrêter.ducoup j ai arrêté d en prendre il y a 3 jours.je remplace par gaviscon 1 grosse cuillère après petit déjeuner et un le soir après mangé. Je continue l ulcar 2 le soir avant coucher et un le matin a jeun.
Mon gros souci pour le moment c est les nausées hier et aujourd'hui en me réveillant. C est horrible. Je n avais pas ça avant mon traitement. Avant de commencer l inipomp 40 J avais quelques remontées acide et des douleurs dans les gencives dus à l acidité de la salive.la fibroscopie a montré une gastrite sévère avec reflux très important. La dernière a montré un reflux gastrique encore important avec une gastrite moins forte et donc plus besoin d inipomp.vous pouvez m aider s il vous plaît. Merci

Répondre
avatar
24 avril 2017 à 09:56

Bonjour je prends inipomp 40 depuis octobre 2016 suite à une fibroscopie qui montrait "gastrite sévère avec reflux bileux important ".a cette époque j avais juste des remontés acide et des douleurs dans les gencives.
J ai refais une fibroscopie le 5 avril et il y a encore une gastrite moins forte et un reflux gastrique qui persiste. Ma gastroenterologue m a dis d arrêter inipomp.
J ai donc arrêter y a 2 jours mais c est atroce j ai des nausées atroces je n en peux plus.j ai pris du vogalène.
En traitement ma gastro m a donné de l ulcar 1 le matin et 2 le soir avant coucher et gaviscon a la demande.
Pouvez vous me dire ce que je peux faire ou prendre pour m aider. J ai qu' une envie c est de reprendre inipomp tellement j en peux plus.
Je précise j ai une maladie de crohn. Mais je ne pense pas que ça joue en quoi que ce soit.
Merci beaucoup

Répondre
avatar
Isa
2 mai 2017 à 13:00

Bonjour Mela, oui l'inipomp (IPP) me faisait les mêmes effets secondaires. Il faut que tu stoppes ce médicament, mais comme tu as une gastrite avec reflux (ce que j'avais aussi), tu dois nécessairement modifier ton alimentation ainsi que te complémenter en remèdes naturels pour soulager ton estomac (liens indiqués à la fin de ce post pour en savoir plus).

Répondre
avatar
Fab
6 juin 2017 à 08:02

Sous inipomp 40 depuis 15 ans ... un comprimé par jour, et là j'en ai marre, parfois des douleurs thoraciques violentes ... Une fibroscopie tous les 2 ans en contrôle et la Gastro me dit que c'est à vie ... Ça me déprime ...

Répondre
avatar
Isa
10 juin 2017 à 18:38

15 années d'IPP, à haute dose en plus, aïe aïe. En effet pour les douleurs thoraciques avec l'Inipomp, j'en avais aussi... une des nombreuses conséquences de ces médicaments malheureusement.
Je ne prends plus aucun IPP, je me suis sevrée après des années d'Inipomp à haute dose aussi, et je n'ai aujourd'hui plus aucune douleur à l'estomac : donc tu peux y arriver aussi. Déprimer ne sert à rien, c'est agir qu'il faut !

Répondre
avatar
13 juin 2017 à 23:04

Bonjour Isa,

Tu m'as dis dans un autre commentaire que tu avais aussi été sous Seroplex. Comment as tu fait pour t'en sevrer ? Et par quoi la tu remplacé ?
Devoir te sevrer de tous ces IPP n'a pas du être facile ... Tu as eu bcp de courage ! Merci de nous partager ton témoignage.
Personnellement j'en ai pris que quelques semaines donc ça va, mais j'aimerais arrêter le Seroplex et la pilule contraceptive (pas évident quand tu es mariée de trouver ce qui est le plus "pratique")...

Répondre
avatar
Isa
16 juin 2017 à 15:41

J'ai été sous Seroplex mais je l'ai stoppé au bout de même pas 1 semaine car ce médicament me détruisait totalement, encore pire que les IPP (à cette époque là, j'avais déjà commencé à réparer mon corps, faire un nettoyage dans mon alimentation, donc je sentais beaucoup plus déjà quand mon corps n'aimait pas un produit, ce que l'on ne sent pas lorsqu'on est trop inflammé et le corps trop attaqué tous les jours).

Répondre
avatar
18 juin 2017 à 12:32

Merci :) Je vais l'arrêter alors, ainsi que la pilule.

Répondre
avatar
Isa
18 juin 2017 à 16:58

Par contre, si tu prends le Seroplex depuis pas mal de temps, il ne faut absolument pas le stopper d'un seul coup : un antidépresseur est quelque chose de lourd, avec des effets secondaires néfastes, donc il faut un sevrage très progressif là aussi.

Répondre
avatar
18 juin 2017 à 18:00

Oui tkt pas ça je sais :) et je le ferai avec l'aide du médecin

Répondre
avatar
Anonyme
7 juillet 2017 à 10:49

Bonjour, j'ai lu attentivement tout ce que vous avez écrit et aussi j'aimerais savoir si pendant vos prise d'ipp vous avez eu des effets secondaire physique ( hors-mis les brûlures d'estomac) ou psychologique ?? car j'en prend depuis deux semaine et j'ai l'impression d'avoir des effets secondaire ainsi je pense sérieusement a les arrêter d'un seul coup car je pense qu'en deux semaine de prise du traitement je peux le faire et à me remettre à votre méthode.

Répondre
avatar
Isa
11 juillet 2017 à 20:48

Oui, pendant la prise des IPP j'avais des effets secondaires physiques sur les intestins surtout ainsi que le transit totalement pertubé et psychologiques aussi.

Répondre
avatar
Jj
17 août 2017 à 15:28

Moi aussi j ai pris le pantaloc 2 fois par jour,plus le dompéridone une ou deux fois par jour.je ne peux pas arreter le pantaloc si j arreter ma poitrine brûle tellement fort.Quand ça brûle trop fort Mon coeur bat tellement vite.

Répondre
avatar
22 août 2017 à 21:25

Bonsoir
À 42 ans et apres 10 ans de prise d'ipp, j'ai appris que ceux ci étaient plus que néfastes au long terme, démence, cancer gastriques, ostéoporose et autre pb cardiaque. J'ai donc demandé à mon médecin d'arrêter ce médicament pour essayer les anti h2. J'ai passé une fibro et ras si ce n'est des polyles bénins (apparemment dûs à l'inipomp). Ca ne marche pas trop mal couplé avec gaviscon.
Mais j'aimerais savoir pk il n'y a pas ce genre de pb d'effets secondaires avec les anti h2 ? Ce n'est pas le même principe ?
Et je m'inquiète également quant à cette prise au long terme. Niveau estomac tout va bien la fibro n'a rien montré de grave. Mais je m'inquiète aussi sur cette démence. Ok je n'ai pas 75 ans comme le mentionne l'etude mais je ne me vois pas être sénile à 50 ans ! Bref grosse inquiétude ! 10 ans c'est pas rien !
Prochaine étape : stopper l'Azantac meme si les effets sont moindres au long terme du moins je l'espère
Merci pour vos réponses

Répondre
avatar
Isa
21 septembre 2017 à 17:21

Il ne faut pas stopper ton IPP d'un coup mais petit à petit, pour éviter l'effet rebond lié à l'arrêt du médicament. C'est ce que j'ai fait pour m'en sortir. Et cela a marché parfaitement.

Répondre
avatar
Isa
21 septembre 2017 à 17:23

Il y a ces effets secondaires avec les anti H2 mais à bien plus faible niveau : tout simplement car les anti H2 ne coupent pas l'acidité tout autant que les IPP! D'ailleurs au passage des IPP à l'anti H2 tu as certainement dû sentir un peu plus d'acidité dans ton estomac.
Donc oui, tu dois stopper aussi l'Azantac, et pas à pas, mais déjà le passage de l'IPP à l'anti H2 est un pas de plus vers la délivrance.

Répondre
avatar
Tony
11 octobre 2017 à 22:53

Bonjour ,
J ai des RGO qui on aboutit un à endobrachiosophage. Ça fait 4 ans que je prend des IPP inexium au début en 40mg puis maintenant en 20mg . Que me conseillez vous pour pouvoir arrêter ces cochonneries sans risque d aggravé mon endobrachiosophage.
Merci pour vos conseils
Amicalement Tony.

Répondre
avatar
Isa
30 octobre 2017 à 21:40

Bonjour Tony, as-tu modifié ton alimentation? car c'est urgent dans ton cas de stopper l'inflammation de l'oesophage. D'autre part, pour stopper les IPP sans risque, tu dois prendre des compléments naturels (lien mis à la fin de ce post), d'abord en complément de tes IPP sans forcément baisser les doses, puis ensuite pas à pas diminuer ta dose d'Inexium et continuer les compléments naturels réparateur.

Répondre
avatar
31 octobre 2017 à 13:25

Bonjour Isabelle,
Je prends des IPP (entre 10 et 40 mg selon les périodes) depuis presque 4 ans pour un RGO persistent et je n'arrive plus à arrêter à cause de l'effet rebond qui est terrible. J'ai essayé de réduire progressivement mais les douleurs sont tellement horribles que je craque à chaque fois (je n'avais rien de spécial pour me soutenir en parallèle). On m'a aussi plusieurs fois évoqué le diagnostic de syndrome du côlon itrritable mais sans évoquer de solution réelle. On m'a évoqué le breath test pour le SIBO une fois mais sans suites, ni conseils.

Je viens de faire une gastroscopie qui a révélé une gastrite mais par ailleurs tout semble aller bien. Mon gastro-entérologue ma parle maintenant de manomètrie, PHmétrie et chirurgie, ainsi que d'augmenter mon IPP pour la cicatrisation de la lésion érythémateuse actuelle de mon estomac... Je n'en peux plus de cette escalade des traitements et des regards bovins que les médecins conventionnels me lancent quand je leur dis chercher des solutions alternatives et que je veux arrêter les IPP !

J'ai beaucoup étudié et changé mon alimentation sous l'angle de l'équilibre acido-basique ce qui limité les dégâts mais n'est pas miraculeux et tellement restrictif qu'il est difficile à appliquer à la lettre en permanence. J'ai aussi rencontré des médecins moins conventionnels qui m'ont proposé des traitements que je trouve sans effets. J'ai tenté des approches ostéopathiques, micro-nutritionnelles, ... Rien n'y fait.

Je suis un peu désespérée et je voudrais vraiment arrêter les IPP, notamment pour aider un peu plus mon corps à concevoir un enfant, ce qui est une chose vraiment pas aisée pour mon mari et moi.
Bref, j'ai arrêté la cigarette pour stopper une dépendance et je suis dégoûtée d'en avoir une autre avec ces IPP de m.... :(

Que me conseillerais-tu de faire dans mon cas et dans quel ordre ? J'ai fait tellement de choses et j'en fais toujours plein en même temps, que je m'y perds... J'ai besoin d'une idée de procédure à suivre pour changer la donne !

Merci d'avance pour ton aide précieuse :)

Elodie

Répondre
avatar
14 novembre 2017 à 01:37

Bonjour
J'ai 32 ans et cela fait 8 ans que je prend Inexium 20mg au début et maintenant à 40mg le soir. Depuis 2 mois brûlure d'estomac et reflux majoré et après fibroscopie il en ressort une gastrite lymphocytaire j'ai été à 40mg double dose pendant un mois avec soulagement au bout de deux semaines et la rebellotte mais j'ai décidé de baissé quand même linexium à 40mg par jour car avec double dose ou sans me reflux est le même. Pourtant j'ai changé d'alimentation et plus de gras ni alcool ou café. Je ne sais plus quoi faire....

Répondre
avatar
Anonyme
14 novembre 2017 à 17:57

bjmoi ipp ca fait 8 ans apres decouverte de mon ebo tony quel genre endo a tu merci

Répondre
avatar
Isa
27 novembre 2017 à 00:28

Bonjour Elodie, je me reconnais beaucoup dans ton parcours car j'ai aussi connu cette errance médicale et ses non-sens. Déjà, bravo pour l'arrêt de la cigarette, et je dirai même heureusement que tu l'as arrêté car cigarette et brûlures d'estomac ne font pas du tout bon ménage. Maintenant il va falloir y aller par étape pour que tu puisses stopper les IPP tout en laissant ton corps s'adapter sans effet rebond. Pour cela : diminuer petit à petit les doses des IPP que tu prends (en y allant à ton rythme et la vitesse décidée par ton corps : il vaut mieux y aller tout petit et très lentement que trop rapidement et tellement souffrir qu'on lâche l'affaire!). En parallèle, prendre plusieurs remèdes naturels pour aider justement cette diminution des doses d'IPP. Et bien évidemment, surtout en cette période charnière, une alimentation sans aucun aliment provoquant des brûlures d'estomac (voir tout le détail sur mon blog dans les différents posts à ce sujet).
Courage, si tu suis bien toutes les étapes, c'est certain que tu y arriveras : je l'ai réussi moi-même et j'étais pourtant de base dans la même situation que toi.

Répondre
avatar
Isa
27 novembre 2017 à 00:30

Bonjour grima eve, il faut modifier son alimentation avec arrêt total de tous les aliments provoquant des brûlures d'estomac mais aussi se complémenter avec des remèdes naturels permettant d'appaiser le brûlant.

Répondre
avatar
9 janvier 2018 à 03:19

Bonjour moi je prends du pentolque(pantoprazole) 40ml 2 fois par jour es que des un ipp je le prends depuis 4ans

Répondre
avatar
Marie
10 février 2018 à 12:12

Bonjour
Je prends du jus d'herbe d'orge contre le RGO. C'est très efficace. Connais-tu ?

Répondre
avatar
24 février 2018 à 18:14

RATON,
Bonjour
Je suis sous Inexium 40 depuis huit mois pour un problème de reflux gastriques j’ai une petite béance cardiale ,manque de tonus je ressens des remontées d’acide qu au niveau de la partie haute de l oesophage et parfois un point au niveau du sternum j’ai essayé à plusieurs reprises de baisser la dose par pallier en passant par 20 mais au bout de deux ou trois jours c’est la cata des brûlures plus forte en haut de l oesophage. Je prends à côté du jus d’aloe vera de la marque que vous conseillez deux fois par jour
J ai une candidose digestive dépiste depuis peu et des intolérances alimentaires fortes, gluten lait, œufs , je suis donc un régime
pouvez-vous me dire quel remède narurel est le plus approprié sur la liste des douze remèdes que vous conseillez pour ces brûlures du haut de l oesophage
J’aimerais savoir aussi si la consommation de tisane de gingembre, de fenouil peut irriter A force l oesophage j’ai un taux de zinc faible 12 alors que la limite minimale est de 16,5 je prends donc un complément de zinc de la marque Solgar zinc picolinate 22mg un comprimé tous les deux jours
Merci pour votre réponse

Répondre
avatar
Isa
4 mars 2018 à 14:53

Bonjour Sonia, oui le pantoprazole est malheureusement bien un IPP...

Répondre
avatar
Isa
4 mars 2018 à 14:58

Bonjour Marie, le jus d'herbe d'orge est très alcalin (d'ailleurs il est de couleur verte comme les légumes verts et la chlorophylle), d'où la raison pour laquelle il te soulage contre le RGO et les brûlures d'estomac.
J'ai parlé du jus d'herbe d'orge dans le post ci : Jus d'herbe d'orge et jus d'herbe de blé.

Répondre
avatar
Isa
4 mars 2018 à 15:05

Bonjour Raton, j'avais il y a 5 ans exactement les mêmes douleurs que toi à l'estomac et au même endroit. Alors voici mes conseils te concernant :
- Tu dois essayer de baisser peu à peu la dose de tes IPP mais comme toi au départ dès que je baissais la dose j'avais trop mal.
Ceci est dû à :
1/ La baisse est trop rapide. Donc tu dois y aller encore plus lentement.
2/ Tu n'as pas les bons compléments naturels pour pallier tes brûlures.
Je te conseille surtout pour les brûlures d'estomac le lithothamne, la réglisse (sauf si intolérance à l'histamine) et la chlorophylle : Brûlures d'estomac : les 12 meilleurs remèdes pour les soulager.

Quant à la tisane de gingembre et de fenouil, je te conseille de les arrêter car je pense qu'elles t'irritent encore plus l'estomac, en effet !

Répondre
avatar
13 mars 2018 à 20:40

bonjour,
combien de temps faut il compter pour arrivez à se sevrer d'un IPP pris depuis de nombreuses années ? combien de temps vous a t il fallu ?

Répondre
avatar
18 mars 2018 à 09:57

Bonjour Isabelle.
Un grand merci pour ce forum!!!
J'ai pris des IPP depuis maintenant plus de 15 ans...comme si je prenais des bonbons!!
Les doses ont commencé avec du 20 mg puis du 40 et pour finir avec deux cachets de 40, un le matin et un le soir.
J'ai été alerté sur d'éventuels effets néfastes de ce médicament sur le long terme. J'ai décidé de me prendre en main et je suis tombé sur plusieurs site dont ton blog.
Ayant regardé les solutions que tu proposais, j'ai testé plusieurs produits et mon sevrage est pratiquement terminé même si de temps en temps je ressens quelques légères brulures après les repas.
Il m'aura fallu environ 5 mois pour pouvoir en arriver là.
Au début, l'effet rebond a été très dur à supporter mais maintenant cela est terminé pour les grosses brulures et les remontées acides au niveau de la poitrine.
Pour mon traitement, j'ai pris (toujours en cours) de la poudre alcalinisante matin et soir. Toujours matin et soir de l'oméga 3, des gélules de curcuma. En fonction du moment et des crises, avant le repas des gélules de réglisses que tu avais recommandé.
Le produit que je recommanderai qui pour moi m'a soulagé pratiquement immédiatement (pour les crises modérées) c'est l'aloé véra en gel (pas en jus car le gel se dépose sur les parois lors de son absorption et les protège bien). J'ai une bouteille dans mon réfrigérateur en permanence.
Enfin je pense que j'arrive au bout. Les débuts ont été très difficiles, j'ai commencé tout doucement à réduire les doses par du 20 mg par jour tout en commençant à prendre ce que je vous ai dit. Lors des crises, le bicarbonate m'a bien aidé mais j'ai essayé de ne pas trop en prendre.
Aujourd'hui, je n'ai plus pris d'IPP depuis environ 2-3 mois et je me sens pas trop mal.
Je pense qu'il me reste encore quelques semaines à tenir mais aujourd'hui c'est vraiment pas mal.
UN GRAND MERCI POUR TES CONSEILS.
Fabien

Répondre
avatar
22 mars 2018 à 07:02

Hi, thank you for this informative post. I like your site and your posts on your website. I just wanted to thank you and wish you good luck for your this work. Wish you more success.
Pay Per Click Services India

Répondre
avatar
Isa
25 mars 2018 à 15:04

Bonjour Florence, tout dépend de la durée pendant laquelle tu as pris des IPP. Mais pour te donner une idée, j'ai pris des IPP pendant 2 ans, et il m'a fallu 3 mois pour me sevrer des IPP. Et environ 6 mois pour ne plus avoir aucun effet rebond ou acidité.

Répondre
avatar
Isa
25 mars 2018 à 15:08

Fabien, ravie de lire que toi aussi tu as réussi haut la main ton sevrage de ces médicaments ! Et ravie que mon blog ait pu t'aider à y parvenir :-)

Répondre
avatar
Anonyme
28 mars 2018 à 01:38

bonjour, je viens de lire tous vos temoignages et dans tous , je vois que vous souffrez tous de brulures a l'estomac.Dans mon cas , je ne ressens aucune brulure mais un enrouement progressif avec glaires et gorge affectée par le RGo.mais pas de brulure d'estomac.
J'ai été traite il y a quelques années avec de l'omeprazole 20 mg pour une gastrite.Depuis ceci est devenu un traitement de fond avec même un passage récent a 40 mg .J'ai décidé d'arreter cela définitivement il y a 5 jours continuant une alimentation saine, sans alcool , sans graisse quasiment .
Malheureusement, les symptomes s'intensifient a la gorge , cela fait comme un etau et ma voix est de plus en plus enrouee comme si j'etais enrhumé.Neanmoins aucune brulure a l'estomac encore une fois.
Ma question est donc que dois je donc faire? continuer a ne plus prendre d'ipp , demander un autre traitement , revenir a la dose minimale de 20 mg?

Répondre
avatar
31 mars 2018 à 15:46

bonjour
j'ai le RGO diagnostiqué il y a 2ans on m'a prescrit l'esomeprazole une année renouvelable aores une année s'est ajouté le colon et ses maux, j'ai essayé d'arreter plusieurs fois sans succes et puis je suis tomée sur votre blog qui m'a éclairé ma situation j'ai du harcelé mon medeci pour me diminuer la dose a 20mg par jour avec un regime d'une année et un mois de jeune j'ai reussis a me debarassé du medicament. apres 3 mois la ouleur est revenu j'ai consulté une naturopathe qui m'a conseillé un medicament qui vient de chine et qui peut m'aider mais il est interdit au canada je ne sais pas pourquoi. je le commande et il m'a beaucoup aidé.
je veux prendre votre avis madame et tous ceux qui ont une idée sur ce medicament.
son nom est: weisen-u .
les ingredients sont: methylmethionine sulfanium chloride...25mg.
Dried alumnium hydroxide gel ..192mg.
Bio-diastase 2000...25mg.
Magnesium hydroxide(exipient)..159mg.

qu'en dites vous.
j'aimerai savoir s'il vous plait si quelqu'un peut partager avec moi son regime pour le reflux gastrique esophagie et la quantité permise car il y en a peur qui parlent de ce sujet.
merci beaucoup.

Répondre
avatar
2 avril 2018 à 02:43

Bonjour,

Je suis une jeune fille de 23 ans et on me suspecte très fortement la maladie de Crohn. On m'a découvert une inflammation du côlon à la coloscopie ainsi qu'une légère gastrite à l'estomac à la fibroscopie en octobre dernier.
Mais la gastrite était si légère que je n'avais jamais ressenti la moindre douleur à l'estomac. Mon second gastro avait quand même décidé de me donner du Pentoprazole...
Alors, pendant un mois, je l'ai pris sans effets secondaires. Puis, ne souhaitant pas devenir accro, j'ai tenté de l'arrêter, de ne pas en prendre ne serait-ce qu'un soir et...

Et le lendemain, j'ai été prise de très violentes crampes d'estomac à pleurer et à me rouler par terre de douleur ! Je n'avais JAMAIS eu ça de ma vie avant...
J'ai eu peur et je me suis demandé si ce n'était pas la maladie de Crohn qui s'aggravait... puis j'ai réfléchi et j'ai réalisé que ça venait sûrement du Pentoprazole !
Ces horribles crampes sont arrivés à deux reprises... et à chaque fois, c'était quand je n'avais pas pris mon comprimé de Pentoprazole la veille !!!

Du coup : comment l'arrêter ???! car même si je décide d'en prendre un jour sur deux, ce n'est pas suffisant, il suffit de louper un comprimé UN seul soir pour voir réapparaître ces horribles crampes qui font atrocement souffrir...

ça me fait très peur, je suis devenue complètement accro du coup...

Répondre
avatar
Anonyme
13 avril 2018 à 17:49

Bonjour,
Je suis tombée par hasard sur vos précieux conseils et je vous en remercie grandement.
Voilà mon histoire et mes problèmes !
J’ai bientôt 76ans. Je prends LANSOPRALE (IPP) depuis 10ans pour problèmes de digestion, RGO et problèmes intestinaux , colite…)
J’ai essayé d’arrêter au moins 3 fois en vain (avec prise de bicarbonate sur les conseils d’un homéopathe- horreur ! puis en diminuant ou espaçant les doses- j’ai capitulé- mais je n’avais pas encore découvert votre blog et vos conseils qui sont sensationnels et je pense d’une précieuse aide.
Mais voilà, mi- février, j’ai fait une coloscopie et fibroscopie de contrôle recommandées tous les 3ans vu mes problèmes et depuis j’ai beaucoup de mal à m’en remettre. Bilan diagnostic intestins : colite chronique, diverticules, et hémorroïdes. Estomac : gastrite chronique avec polygose favorisée par la prise d’IPP (ce sont de faux polypes :les glandes qui secrètent l’acide mises au repos sont gonflées , ce qui n’est pas naturel !!!) , et surtout je souffre de candidose récidivante…D’ où traitement FUNGIZONE 3 fois par jour pendant 3 semaines. C’est à ce moment-là que j’ai découvert votre blog sur internet mais trop tard, j’avais commencé le traitement : UN POISON…
Je me suis retrouvée avec le foie complètement intoxiqué et j’ai dû suivre un régime draconien sur les conseils de mon homéopathe mais je pense qu’elle a exagéré : plus de viande, plus de produits laitiers, de fromages, plus de farine blanche, du pain sans gluten…etc…etc…mais remplacés par quoi ??? Je ne savais plus quoi manger ???Mise à part la consommation de tisanes pour nettoyer le foie… Pour elle, mes problèmes viennent et ce depuis longtemps de mon terrain qui est trop acide…Total, j’ai maigri de 7 kg en peu de temps et me sentant désemparée, j’ai demandé l’aide d’une diététicienne et depuis je remange davantage. J’ai diminué ma ration de viande, le café, je mange plus de légumes…J’ai remplacé le lait de vache par du lait d’amande, arrêté la consommation d’aliments qui fermentent : oignon, légumineuses….et je fais attention à certains fruits, je mange beaucoup de bananes.
J’ai acheté de l’huile de coco mais je n’ai pas trouvé le désodorisé au Biocoop près de chez moi et cela m’écoeure un peu.
Comme je vais mieux, j’ai commencé à diminuer la dose d’IPP. Voilà comment je procède : j’ai compté combien il y avait de micro –billes à l’intérieur d’une gélule et j’ai diminué petit à petit le nombre, je suis arrivée à – 25 sur un total de 170 environ et cela passe, pas de problèmes. J’en prépare pour 1 semaine à 10 jours à chaque fois.
Tous les soirs, je prends un comprimé de chlorophylle de SOLARAY et je sens que cela me fait du bien et nettoie le corps. Je suis moins constipée mais je dois prendre du spagulax (qui est du psyllium) 2 à 3 cuillerées par jour. L’homéopathe m’a prescrit des comprimés du docteur SCHUESSLER en 6DH pour alcaliniser le corps, on verra ce que cela va donner car pour l’instant mon PH urinaire est toujours à 6-6,2-6,5. J’ai essayé de prendre du lithothamne la moitié d’une cuillerée à café dans un peu d’eau puis ensuite un morceau de banane mais je le digère très difficilement, donc j’ai arrêté. Tous les matins, 1heure environ avant le petit déjeuner, je prends un verre d’eau tiède avec un peu de jus de citron mais là j’ai arrêté car je prends à jeun des pré et probiotiques pour réensemencer ma flore intestinale car je viens de faire une pharyngite avec prise d’antibiotiques.
De toute façon, depuis cette fameuse coloscopie, j’ai sans arrêt des problèmes : allergie à mon lait de toilette bio au lait d’ânesse, et il me reste de l’eczéma surtout près de l’œil gauche (je vois un ophtalmo lundi), des vertiges : je prends du tanganil et consulte un ORL dans 10 jours …J’en perds le moral car j’étais en pleine forme avant.. J’arrête là pour aujourd’hui . Peut-être devrais-je prendre alcabase pour rendre le corps plus alcalin ??? Qu’en pensez-vous ?? ou autre chose ?? Merci beaucoup de m’aider



Répondre
avatar